Le choix

Je n’ai jamais été ni ton dieu, ni ton maître,
Je voulais simplement marcher à tes côtés,
Mais toi tu te cachais jusque dans tes « peut-être »
Et tes pas incertains ne menaient qu’à jamais

Je m’étais faite à toi, tu me faisais renaître,
Mettre de jour en jour mes pas auprès des tiens,
Je n’ai pas fait semblant, j’aimais cette fenêtre
Ouverte sur nos vies en nous tissant des liens

Tu chantais le soleil quand mon coeur avait froid
Perdu dans cette brume pour à toi m’étourdir,
Tu me baignais d’amour, tu m’apprenais à toi,
Hors de tes pas pourtant j’ai choisi l’avenir…

A présent mes paupières ont fermé l’horizon,
Ton sourire encore tiède souffle sur ma mémoire,
Ces mots qui me droguaient d’élixir d’émotions,
Ces mots voulaient ancrer à jamais notre histoire

Mes mains tremblent aujourd’hui, bien des jours ont passé,
Mais les larmes de peine remplacent mes plaisirs,
Quand mes nuits se parfument de mes désirs fanés,
Sur mon livre d’amour, seul reste ton souvenir…


Tous droits réservés
CopyrightDepot.com 00049441

La Poésie

La poésie est la mémoire du monde. Et cette mémoire véhicule toutes les joies, tous les amours, tous les élans vitaux qui habitent l’homme depuis l’origine, mais toujours avec leur part d’ombre, celle de la souffrance, du doute, de la solitude et de la mort, terme inévitable du voyage.Et parce qu’il est le seul animal à savoir qu’il doit mourir, l’homme porte en lui cette irréductible nostalgie qui peut être le souvenir émouvant d’un paradis à jamais perdu. De cette nostalgie, le poète a fait son pain quotidien.Si le romantisme et la nostalgie sont d’abord des phénomènes de jeunesse, ils n’en représentent pas moins ce désir de rêve et d’idéal que chaque être humain sent vivre en lui du jour de sa naissance à l’heure de sa fin. Le plus blasé, le plus cuirassé n’y échappe guère. Peut être même est-ce la meilleure part de l’homme.Rien ne parait plus important, dans notre monde tourmenté, que de vibrer encore à la magie de la parole essentielle.P.Héraclès