Quand çà ne va plus (suite 1)

Pour le début de l’article, voici le lien

https://lesfarandolesdeswannaelle.fr/2020/12/26/quand-ca-ne-va-plus/

Et si l’entente, la sérénité, l’équilibre et l’amour entre deux êtres venaient de votre réflexion ?

Peut-être quelques fils à démêler dans votre histoire personnelle ?

Quelques tracas d’entente ?

Une certaine morosité dans votre vie quotidienne mal partagée ?

Alors … cherchez vos propres réponses !

 Les hommes et les femmes sont très différents et çà, vous le saviez déjà !

Ni pires ni meilleurs … mais différents.


La seule chose ou à peu près qu’ils aient en commun est qu’ils appartiennent à la même espèce

Ils vivent dans des mondes différents, avec des valeurs différentes et selon un ensemble de règles différentes.
Tout le monde sait cela, mais très peu de personnes, en particulier les hommes, sont disposés à l’admettre.


La vérité est pourtant complètement là.

Dans les pays occidentaux, environ la moitié des mariages se terminent par un divorce, et les relations les plus sérieuses s’arrêtent le plus souvent avant un engagement à long terme.

Quelle que soient leur culture, leur croyance et leur origine, hommes et femmes discutent constamment les opinions, comportements, attitudes et convictions de leurs partenaires.

Il y a des choses tout à fait évidentes …

Quand un homme va aux toilettes, il y va habituellement pour une seule raison. Les femmes utilisent les toilettes comme des clubs sociaux et des espaces thérapeutiques. Des femmes qui entrent dans des toilettes en parfaites étrangères peuvent en sortir comme les meilleures amies du monde.

Alors que tout le monde trouverait franchement louche si un homme demandait: » Paul, je vais aux toilettes, tu veux venir avec moi ? »

Les hommes maîtrisent parfaitement la télécommande et passent leur temps à zapper entre les chaines de TV; bien des femmes ne détestent pas regarder les pubs.

Dans les moments de stress, les hommes boivent et envahissent d’autres pays; les femmes mangent du chocolat et vont faire les boutiques.

Les femmes reprochent aux hommes d’être insensibles, indifférents, de ne pas écouter, de manquer de chaleur,de compassion, de ne pas parler, de ne pas donner suffisamment d’amour, de ne pas s’engager dans une relation, de vouloir des relations sexuelles plutôt que faire l’amour et de … laisser la lunettes des toilettes relevée.

Les hommes reprochent aux femmes leur manière de conduire, d’être incapable de lire un répertoire des rues, de lire les cartes routières à l’envers, de n’avoir aucun sens de l’orientation, de trop parler sans jamais aller droit au but, de ne pas prendre suffisamment l’initiative en amour et de … laisser la lunette de toilettes baissée.

Les hommes ne retrouvent jamais rien mais leurs CD sont classés par ordre alphabétique.
Les femmes peuvent toujours retrouver le double des clés de la voiture mais rarement la route la plus directe pour arriver à destination. Les hommes pensent qu’ils sont le sexe sensible. Les femmes savent qu’elles le sont.

Combien faut-il d’hommes pour changer un rouleau de papier toilettes?
On ne sait pas. Ça n’est jamais arrivé ! 😉

Les hommes sont fascinés par la capacité des femmes, entrant dans une pièce pleine de monde, à avoir instantanément quelque chose à dire sur chacun; les femmes n’arrivent pas à croire que les hommes soient si peu observateurs.

Les hommes ne comprennent pas la raison obscure qui fait qu’une femme ne voit pas clignoter le voyant lumineux de la jauge d’essence au beau milieu du tableau de bord mais peut immédiatement repérer une chaussette orpheline planquée dans un coin sombre.

Les femmes sont étonnées que les hommes réussissent à garer leur voiture dans un tout petit emplacement uniquement grâce au rétroviseur mais qu’ils ne puissent jamais trouver leur point « G »

Si une femme se perd en voiture, elle demandera son chemin en s’arrêtant. Pour un homme, c’est un signe de faiblesse. Il continuera à tourner en rond pendant des heures, en murmurant des choses comme: » J’ai trouvé un nouveau chemin pour y aller » ou bien » je suis dans le coin » ou encore » çà y est, je reconnais ! »

Ceci pour vous dire que les hommes et les femmes ont évolué différemment parce qu’ils le devaient.

Les hommes chassaient, les femmes faisaient la cueillette. Les hommes assuraient la protection, les femmes soignaient , résultat: leur corps et leur cerveau ont évolué de manière totalement différente. A mesure que leur corps changeait physiquement, pour mieux s’adapter à leurs fonctions spécifiques, leur cerveau suivait la même transformation.

Les hommes sont devenus plus grands plus forts que la plupart des femmes, tandis que leur cerveau s’est developpé pour s’adapter à leurs tâches. Les femmes quant à elles, étaient pour la plupart satisfaites de voir les hommes travailler au dehors, tandis qu’elles entretenaient le feu dans les cavernes, et leur cerveau a évolué de manière à assumer cette fonction.

Au cours des millions d’années, les structures cérébrales des hommes et des femmes ont continué d’évoluer de mani-ères différentes.

Aujourd’hui, nous savons que les deux sexes traitent l’information différemment. Ils pensent différemment. Ils croient en des choses différentes. Ils ont des perceptions, des priorités, des comportements différents. Affirmer ou prétendre le contraire ne peut qu’engendrer déception, confusion et désillusion pour le reste de votre vie .

Pour la suite, ce sera pour bientôt dans le prochain article 😉

Les photos sont de l’artiste Marina Vitkovska

L’ été passé…

Mes pas vont, mes pas viennent sur la grève désertée.
Comme un ruban de ciel terni par trop de gris,
Le fil de ma pensée renoue mes souvenirs .
Je regarde la plage qui, par le vent hantée,
S’habille d’algues brunes et d’écume blanchie.
J’entends ce lourd silence qu’une mouette vient trahir,
Et je me dis tout bas « c’était un bel été ! « 
Manon était si belle dans sa robe d’organdi,
Si fraiche et malicieuse au milieu de ses rires.
Quand le ciel dans ses yeux mInvitait à rêver,
Soudain je perdais pied au bord de la folie
Jusqu’à frôler des cils la porte du souffrir…
Dans ses bras j’avais chaud jusqu’à trembler,
Et sa peau de satin embaumant l’infini,
Gravait à tout jamais le trait du souvenir…
Mes pas vont, mes pas viennent sur la grève désertée.
L’automne s’est invité à parfumer l’oubli,
A m’offrir ces images colorées de plaisir,
Et je me dis tout bas,  » c’était un bel été! « 

Tous droits réservés
CopyrightDepot.com 00049441

Le joli temps

Ce n’est qu’une histoire de dentelles

De broderies bien sûr, aussi

Vieille histoire de demoiselles

Au joli temps de nos mamies…

Elles bordaient leurs grands jupons blancs

De cette fantaisie coquine,

Faisant le bonheur des amants

Dans leurs conquêtes féminines

Les caracos de lingerie

Etaient brodés de tons pastels

Quand les corsets de fantaisie

Se paraient de leurs jarretelles

Mais bien avant les bas de soie,

Il y avait ceux de dentelles

Que ces messieurs dans leur émoi,

Faisaient glisser d’un doigt charnel

Elles sont bien fanées aujourd’hui,

D’un autre temps comme on le dit,

Je dirais même presqu’oubliées,

Froissées, jaunies, dans les greniers…

Parfois trouvées par les enfants,

Jouer à la fée, se déguiser,

Raconter les histoires d’antan,

Se souvenir ou inventer…

Mais quand nos mamies se souviennent,

Elles ont leur âme qui s’embuent,

Pour un instant elles redeviennent

Ces jeunes femmes, qu’elles ne sont plus…

Tous droits réservés
CopyrightDepot.com 00049441

Plume inerte

Pourquoi t’écrire ces mots qui ne veulent rien dire,
Laisser ma plume encore te dessiner mon coeur
Quand je ne sens vibrer que dans le souvenir
Cet émoi dont toi seul animait la douceur

Pourquoi t’écrire ces mots qui ne me parlent plus,
Ceux que j’aimais te dire et inventer pour toi,
Qui exprimaient si bien mon amour éperdu
Quand tu semblais vouloir te détourner de moi

Pourquoi t’écrire ces mots sortis de ma mémoire
Ces mots si délectables que je ne comprends plus
Qui peu à peu ont décoloré notre histoire
Jusqu’à ne plus me souvenir d’avoir été émue…

Tous droits réservés
CopyrightDepot.com 00049441

Joachim du Bellay (Les regrets)

https://lesfarandolesdeswannaelle.fr/2020/09/22/joachim-du-bellay-1522-1560/

Ceux qui sont amoureux, leurs amours chanteront,
Ceux qui aiment l’honneur, chanteront de la gloire,
Ceux qui sont près du roi, publieront sa victoire,
Ceux qui sont courtisans, leurs faveurs vanteront,

Ceux qui aiment les arts, les sciences diront,
Ceux qui sont vertueux, pour tels se feront croire,
Ceux qui aiment le vin, deviseront de boire,
Ceux qui sont de loisir, de fables écriront.

Ceux qui sont médisants, se plairont à médire,
Ceux qui sont moins facheux, diront des mots pour rire,
Ceux qui sont plus vaillants vanteront leur valeur,

Ceux qui se plaisent trop, vanteront leur louange,
Ceux qui veulent flatter, feront de diable un ange,
Moi qui suis malheureux, je plaindrai mon malheur.

Joachim du Bellay (Les regrets)