Le feu à l’âme

La rougeur enflammée sur le miroir d’argent,
Se pose doucement entre les branches nues.
L’émeraude en mes cils devient feu à présent,
Le cœur déshabité d’un amour corrompu

Passe l’hiver en moi me gelant l’âme à blanc,
Et puisse refleurir les germes de l’espoir,
Quand mon être en entier n’est plus que saignement,
Que viennent me border les angoisses du soir

Flammes bleues, flammes rouges, incandescent amour,
Cesseras-tu enfin de consumer mes jours
Quand je sais à présent ce poison enivrant,
Venu baigner mes veines d’un philtre de Satan

Sur un tapis de feuilles je couche mon amertume.
J’attends que mon aurore épouse l’horizon,
J’ai tué cet amour aux lueurs de la Lune
Et gommé toutes traces d’une vile passion…


Tous droits réservés
CopyrightDepot.com 00049441

Alexander Dolgikh

Né en 1968, Alexander a grandi dans un complexe d’appartements avec l’artiste russe Andreï Panteleev et Angelina Alexandrova .

Alexander a toujours eu une passion pour l’art, surtout la peinture. Il se souvient d’avoir un livre de la Dresde Galerie reproductions pour son 8ème anniversaire que lui avait donné sa grand-mère, Nadezhda Kucher, alors professeur d’architecture de Saint-Pétersbourg Académie des Art. Il est subjuguer par la beauté des peintures, plus tard, il décide de poursuivre son rêver en étudiant des beaux-arts au Collège art de NSSamokish, Simferopol, en Ukraine.

Là, il a appris différentes techniques de dessin et de peinture avec un accent sur la figure humaine. Ayant toujours eu une profonde gratitude et sa fascination pour l’histoire antique, la mythologie, les légendes et les contes de fées, il semblait naturel d’intégrer ces éléments dans son art.

« Un mythe est une histoire qui sert un but: expliquer les origines de quelque chose comme Tintoret« Les origines de la Voie lactée », ou de donner un avertissement comme Titien« Diane et Actéon », ou pour servir d’exemple ou un symbole.

Une telle histoire est généralement facile à comprendre, impliquant des émotions fortes et simples et des relations claires et basiques. Mais pas seulement toute histoire. Les grands mythes illustrent et expliquent à chaque génération quelque chose à propos de l’ordre du monde « .


« Le voyage de conte de fées peut ressembler à un trek vers l’extérieur à travers des plaines et des montagnes, à travers les châteaux et les forêts, mais le mouvement réel est à l’intérieur, dans les terres de l’âme.

Le chemin sombre de la forêt de conte de fées se trouve dans l’ombre de notre imagination , les profondeurs de notre inconscient. pour voyager au bois, pour faire face à ses dangers, et à émerger transformé par cette expérience « .