Daniela Zekina

Daniela Zekina obtient un baccalauréat et une maîtrise en design du livre et illustration à l’Académie des Beaux-arts à Sofia en Bulgarie en 1985.

Ses illustrations ont été sélectionnées à la Foire des livres pour enfants -Bologne, Italie. Elle obtient, en 1989, un Prix National pour ses illustrations du livre La licorne.

Depuis 1993, Daniela vit et travaille à Montréal. Elle a illustré plus de 60 livres –albums et romans jeunesse publiés au Québec (publiés par Les Éditions de Isatis, Les Éditions Pierre Tisseyre, Les Éditions Hurtubise HMH, Les Éditions de la Courte Échelle, Novalis, Éditions de la paix).

Elle participe à nombreuses expositions en solo et en groupe en Europe et en Amérique.

En 2009 elle obtient le Grand Prix de l’exposition internationale de la miniature (Levis, Québec).

En 2014 elle obtient Honourable Mention 4 th Biennial International Footprint Competition and Exhibition, Center for Contemporary Printmaking, Norwalk, Connecticut, USA.

L’artiste nous révèle :

Je recherche toujours un rapport intime entre l’œuvre et le spectateur par le biais d’une variété de détails subtils qui attirent le regard et captivent son attention.

Mes œuvres sont figuratives par leurs formes, mais l’agencement y demeure irréel. Les thèmes sont souvent liés à la mythologie, ses expressions et la pertinence de ses messages.

Les personnages se manifestent sous la forme de métaphores, symbolisant des sentiments.

Je préfère travailler avec des techniques mixtes – acrylique sur toile en ajoutant des accents lumineux créés par de petites touches libres de poudres métalliques, ainsi que par des textures en relief créées par le froissement de morceaux de papier ajoutés.

Ce qui m’intéresse le plus est la délicate relation entre les couleurs, les formes et la lumière.

Dans mes plus récentes œuvres j’explore le thème de la métamorphose – la transformation du visage humain par apport aux objets et formes différemment ajoutées, symbolisant ainsi un monde intérieur en tant que symbiose poétique entre le réel et l’imaginaire.

Frêles …

Comme des jupons qui frissonnent
Au réveil d’un matin d’automne,
Elles me sourient de leurs corolles,
Gracieuses et aguichantes,
Coquines, elles jouent avec la brise…
C’est mon regard qu’elles aiguisent.
Elles se peignent quelques sourires,
Puis elles dévoilent leurs étamines
Qu’elles montrent jusqu’à leur coeur,
M’invitant, impudiques, à leur bonheur.
Comme des aquarelles, douces,
Au vent léger elles se balancent,
Elles se déhanchent habilement
Dans un ballet voluptueux,
Sensuel et envoûtant…
Juste d’un doigt les effleurer
Ne pas froisser leur soie,
Laisser libre leur danse
Et s’imprégner d’émoi …

Tous droits réservés)
CopyrightDepot.com 00049441