Camille Fauré (1874-1956)

Une petite merveille !

À l’orée des années 20, la production d’émaux de Limoges, tombée en désuétude à la fin du XIXe siècle, connait un nouvel essor en la personne de Camille Fauré (1874-1956). Entrepreneur de génie, il sut saisir l’air du temps dans ses ateliers actifs de 1920 à 1980.

Ses débuts

Arrivé à Limoges en 1880 avec un père peintre en bâtiments, la carrière de Camille Fauré semble tracée et à 21 ans il reprend tout naturellement l’activité de son père décédé en se positionnant sur un marché de niches.

Il fréquente alors les milieux artistiques de Limoges et en particulier les émailleurs.

1920, le tournant

En 1920, Camille Fauré embauche l’émailleur confirmé Alexandre Marty pour créer des vases à décor flammé et givré dans la tradition des productions de Limoges. Cette production s’adresse à une clientèle bourgeoise et les vases produits à cette époque sont signés « Fauré Marty Limoges ». En 1924, Fauré se sépare de Marty souhaitant changer de clientèle et surtout monter en gamme

1925-1930, des pièces exceptionnelles

Dès 1925, il rencontre un franc succès à la Foire de Lyon et ce jusqu’en 1930 où il est frappé par la crise.

Ces vases émaillés sont signés « Fauré Limoges France » ou « C Fauré Limoges France ».

Les œuvres produites à cette époque sont fortement recherchés des collectionneurs avec une fourchette de prix allant de 4 000 à 8 000 euros en moyenne mais certains vases dépassent les 10 000 euros.

1930-1980, le lent déclin

Face à la crise, Fauré décide une nouvelle fois de réorienter sa production en se tournant cette fois ci vers un marché de masse, en réalisant des œuvres à petits prix à décor floral et naturaliste. Il continue dans le même temps d’éditer des vases de la période précédente.

Il connaît alors un véritable succès commercial mais un appauvrissement au niveau artistique.

Doué d’un véritable sens des affaires, Camille Fauré a su adapter sa production aux aléas économiques. Actifs pendant 60 ans, les ateliers d’émaux de Camille Fauré produisirent entre 1925 et 1930 la quintessence de l’Art Déco et les amateurs et collectionneurs ne s’y trompent pas, les vases produits à cette époque ont la cote.

12 commentaires sur « Camille Fauré (1874-1956) »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s