Conquise

Vous me sentez gênée, vous me faites rougir,
Sur vous posant mes yeux, je n’ai pu les baisser,
Et quel bonheur ce fut de vous voir sourire;
Mon coeur fondit aussi et frappa à mourir…

Votre visage alors s’imprima sur mon coeur
Et l’idée de vous perdre fut l’image du malheur.
Je réponds à vos sens et je vous veux aimer,
Mon corps se tend à vous comme une destinée.

Le chant de vos paroles comme une mélopée,
Eveille en moi le rêve et la félicité,
Quand je sens contre vous cette douce chaleur,
J’oublie tous les hivers, j’efface mes pudeurs.

Trop gourmande de vous, ma bouche vous supplie,
Vous murmure tendrement et vous met au défi
De brûler nos deux âmes dans cet embrasement,
Consumer la passion jusqu’à l’épuisement.


Tous droits réservés
CopyrightDepot.com 00049441

13 commentaires sur « Conquise »

  1. Une robe de feu…
    Que tous ceux qui s’enflamment sachent de ce feu…
    Quand les robes des femmes allument dans les yeux
    Des hommes des brasiers qu’ils ne peuvent éteindre,
    Seulement propager à la plus courte et moindre…
    Que ce sont les plus longues qui se consument mieux…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s