Marguerite Yourcenar

Marguerite Antoinette Jeanne Marie Ghislaine Cleenewerck de Crayencour, connue sous le pseudonyme de Marguerite Yourcenar, est un écrivain, poète et critique littéraire français. Née le 8 juin 1903 à Bruxelles d’un père français et d’une mère belge

Orpheline de mère quelques jours seulement après sa naissance, elle y est élevée par son père, grand voyageur qui l’initie à une vie cosmopolite. Bien que n’ayant jamais mis les pieds à l’école du fait de ses nombreux voyages, elle obtient son baccalauréat latin-grec à Aix-en-Provence. En 1921, à tout juste 18 ans, elle publie à compte d’auteur son premier poème, Le Jardin des chimères. En 1929, s’essayant à tous les genres littéraires, elle publie son premier roman, Alexis ou le Traité du vain combat, qui raconte l’histoire d’un musicien célèbre qui avoue à sa femme son homosexualité et lui fait part de son désir de la quitter.

Mais dix ans plus tard, la guerre éclate. Marguerite Yourcenar part aux États-Unis rejoindre sa compagne Grace Frick. Elle s’installe sur l’île des Monts Déserts et obtient la nationalité américaine en 1947. L’auteur alterne alors périodes d’isolement sur son île et grands voyages qui alimentent son inspiration.

La sexualité et les relations sentimentales douloureuses sont des thèmes qui reviennent de façon récurrente dans son oeuvre, ce qui s’explique en partie par sa propre bisexualité. En 1951, Marguerite Yourcenar publie Mémoires d’Hadrien. Ce nouveau roman historique, imprégné d’un fort humanisme connaît un grand succès international et lui fait acquérir le statut de grand écrivain.

Le 6 mars 1980, Marguerite Yourcenar devient la première femme à intégrer l’Académie française, où elle siège jusqu’à sa mort le 17 décembre 1987 à l’âge de 84 ans.

Dans Les yeux ouverts, Marguerite Yourcenar écrivait : « Il faut toujours un coup de folie pour bâtir un destin. » Le sien fût extraordinaire… Femme de lettres, à la fois écrivaine, poétesse et académicienne, Marguerite Yourcenar incarnait la femme plurielle. Mais, Marguerite Yourcenar était également une femme résolument moderne aux convictions affirmées et à la (bi)sexualité assumée. Atteste de ce tempérament, sa célèbre citation issue de la préface de Gita Govinda ; les amours de Krishna : « L’insolite et l’illicite, deux ingrédients indispensables de toute pornographie. »

Et parmi ses autres citations, on retiendra :

C’est avoir tort que d’avoir raison trop tôt

Personne ne sait encore si tout ne vit que pour mourir ou ne meurt que pour renaître

L’amour est un châtiment. Nous sommes punis de n’avoir pas pu rester seuls

Ce jour est doux et le souci frivole
Cueille la rose au bord de ton chemin
L’oiseau Bonheur s’est posé sur ta main
Caresse-le avant qu’il ne s’envole
Ce jour est doux… Que t’importe demain ?

Marguerite Yourcenar