Gérard d’Houville (1875-1963

Marie de Heredia, fille de José-Maria de Heredia, qui signait ses œuvres Gérard d’Houville, Marie de Régnier de son nom d’épouse, est une romancière, poétesse et dramaturge française, née le 20 décembre 1875 à Paris 7ᵉ et morte le 6 février 1963 à Suresnes. Elle est la deuxième des trois filles de José-Maria de Heredia, la benjamine étant Louise.

Aux Eaux Douces d’Asie, en un vert paysage 
                  D’arbres et d’eau, 
    J’ai deviné souvent plus d’un tendre visage 
                  Sous le réseau 
      .
    Des voiles transparents qui recouvrent la joue 
                  Et les cheveux, 
    Mais laissent voir le rêve éternel qui se joue 
                  Au fond des yeux. 
      .
    Dans vos caïques peints, mystérieuses ombres, 
                  J’aimais vous voir, 
    Sous les arbres plus frais, et sur les flots plus sombres, 
                  Glisser le soir, 
  .    
    À l’heure où quelquefois le jour mourant prolonge 
                  Son bel adieu, 
    Peut-être au fil de l’eau, peut-être au fil d’un songe 
                  Funèbre ou bleu. 
      .
    Ô chers jours disparus ! du fond de ma mémoire 
                  À votre tour 
    Venez ! dans notre barque irréellement noire, 
                  Ô charmants jours ! 

.

    Vous, dont j’ai vu jadis la grâce tout entière, 
                  Moments divins 
    Qui ne me montrez plus qu’une forme étrangère, 
                  Des gestes vains ; 
    .  
    Aux eaux douces du songe où longuement s’attarde 
                  Notre langueur, 
    Fantômes incertains, lorsque je vous regarde 
                  Avec douleur, 
    .  
    Écartez les linceuls qui me cachent votre âme 
                  Sous tant de plis ; 
    Car le temps, vieux tisseur a mêlé dans leur trame 
                  Beaucoup d’oublis, 
      .
    Souvenirs ! souvenirs ! arrachez tous ces voiles 
                  Longs et nombreux, 
    Ou ne me montrez plus, décevantes étoiles, 
                  Vos tristes yeux ! 
   .   
   Mais, sur l’onde où déjà le charme de cette heure 
                  Est effacé, 
    La rame qu’on relève, et qui s’égoutte, pleure 
                  L’instant passé. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s