Germain Nouveau (1851-1920)

Poète et enseignant, il était l’ami de Verlaine et Rimbaud. Louis Aragon disait de lui: ‘Pas un petit poète, mais un grand poète. Pas un épigone de Rimbaud: mais son égal’. Parmi ses poèmes les plus connus, on se souvient surtout du poème ‘Les Cathédrales’. De nombreux autres poèmes et nouvelles œuvres ont été publiés à titre posthume en France dans l’édition de Pléiade (Oeuvres Complètes. Pierre-Olivier Walzer (éd.) Paris, Gallimard) en 1970.

Une musique amoureuse

Sous les doigts d’un guitariste

S’est éveillée, un peu triste,

Avec la brise peureuse ;

Où le jour mourant résiste,

Tourne, se lasse, et persiste

Une valse langoureuse.

On sent, dans l’air qui s’effondre,

Son âme en extase fondre ;

Et parmi la vapeur rose

De la nuit délicieuse

Monte cette blonde chose,

La lune silencieuse.

2 commentaires sur « Germain Nouveau (1851-1920) »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s