Poésie chinoise

Parler de «poésie chinoise» est un pléonasme, la Chine étant elle-même un poême, le plus beau des poêmes.
La Chine c’est trois mille ans de perfection, tant dans son art de vivre que dans l’art lui-même et sa culture.
Élégance, beauté, cruauté, raffinement, philosophie, subtilité, science, médecine, poésie, art des nuances, elle a tout créé, tout inventé, tout donné au monde.
Sans la Chine, sans son écriture, sa peinture, son art du paysage, sa sculpture, sa cuisine, sa pensée, l’humanité ne serait qu’un brouillon de civilisation, une plate, veule et vile tentative pour l’homme de se hisser hors du néant.
(Lao Tseu)

La passante

Quand la brise gonfle tes deux robes de soie,
Tu ressembles à une déesse vêtue de nuages.
Quand tu passes, les fleurs des mûriers te respirent.
Quand tu emportes des lilas que tu as cueillis, ils tremblent de joie.

Des cercles d’or étreignent tes chevilles.
Des pierres bleues luisent à ta ceinture.
Un oiseau de jade a fait son nid dans ta chevelure.
Les roses de tes joues se mirent dans les perles immenses de ton collier.

Quand tu me regardes, je vois couler le fleuve Yuen.
Quant tu me parles, j’entends la musique du vent de mon pays.
Quand un cavalier te rencontre, au crépuscule,
Il croit que c’est déjà l’aurore et immobilise son cheval.

Quand un mendiant t’aperçoit, il en oublie sa faim.

Tchang Wou Kien

Un commentaire sur « Poésie chinoise »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s