Francis Jammes (1868-1938

« J’ai quelqu’un dans le coeur. » Je pensais à cela,

A ces mots infinis par lesquels vous donniez

votre coeur à mon coeur, ô lierre qui mourriez …

Et je ne sais pourquoi, songeant à votre coeur,

je le voyais pareil au coeur frais d’une fleur,

à la fleur du coeur frais d’une rose de haie.

Vous m’avez regardé avec toute votre âme.

Vous m’avez regardé longtemps comme un ciel bleu.

J’ai mis votre regard à l’ombre de mes yeux

Que ce regard était passionné et calme …

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s